Rodrigue Couleurs et Lumière
atelier de vitrail, Sherbrooke, Québec, Canada
Un vitrail dans chaque maison...

Delphis-Adolphe Beaulieu

1849-1928


vitraux de Delphis Adolphe Beaulieu Luc Morin
Présentation de Jésus au temple
Delphis-Adolphe Beaulieu, 1908
Chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours
Montréal, Québec, Canada

Il ouvrît son entreprise en 1872 sur la rue Saint-Laurent à Montréal où il offrait des services variés: artiste peintre, fresques, dorure de verre, enseignes, décoration, tapisserie, vitrage et peinture. Ses oeuvres sont en majorité religieuses. Il a produit notamment les peintures du plafond voûté de l'église Sainte-Famille de Boucherville ou encore les couleurs bleu clair et vert pomme de l'église Saint-Sauveur de Québec.

Il livra ses premiers vitraux en 1894. L'ensemble de treize verrières de la chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours située dans le Vieux-Montréal est son oeuvre la plus remarquable et la plus remarquée: six millions de visiteurs se rendent annuellement au Vieux-Port. Marguerite Bourgeoys, première enseignante à Montréal et fondatrice de la Congrégation de Notre-Dame, est à l'origine de la construction de cette chapelle dès 1655.

Ses vitraux présentent une scène qui se visualise bien car le dessin est minimal et il y a peu de lignes de plomb. En revanche, les bordures sont très colorées et richement agrémentées de fioritures.

Delphis-Adolphe Beaulieu décède le 10 septembre 1928. Il est enterré au cimetière Notre-Dame-des-Neiges de Montréal.

Voici des endroits où on y trouve ses vitraux:

Où sont passés les vitraux de Baie-du-Febvre ?
Delphis-Adolphe Beaulieu a fourni en 1901 une douzaine de verrières pour orner l'église Saint-Antoine à Baie-du-Febvre. L'ensemble illustrait des scènes de la vie d'Antoine de Padoue. On y apercevait notamment Saint Antoine prêchant aux poissons, l'Enfant Jésus et Saint Antoine ou encore, la conversion d'Ezzélino. Dans Histoire de la Baie-Saint-Antoine (Imprimerie La Patrie), 1911, l'abbé Joseph-Elzéar Bellemare souligne la réussite technique de ces vitraux. Au niveau de la couleur des fonds, il mentionne que le bleu marin « tamise dans l'édifice une lueur mystérieuse, communiquant un cachet indescriptible ».

La construction de cette église, la cinquième depuis la fondation du village en 1683, fut le théatre d'une série de malheurs: les épargnes de la Fabrique accumulées en vue de la construction s'évaporèrent suite à la faillite de la banque Ville-Marie; le bateau transportant le bois de charpente fit naufrage sur le lac Saint-Pierre; les deux entrepreneurs moururent durant les travaux et enfin, à peine la construction de l'extérieur achevée, l'église fut frappée par la foudre. Elle fut complètement détruite par les flammes. L'installation des vitraux a été reportée après la reconstruction en 1904.

Mais pire encore, une lente agonie allait affecter la nouvelle église. Le bâtiment était construit sur un sol instable et les clochers s'enfonçaient peu-à-peu. Il s'était créé une dénivellation de près de trois pieds entre la façade et l'arrière des clochers. L'édifice était devenu trop dangereux, inassurable et il fut démoli en 1964. La sixième église, de facture contemporaine, est celle qui existe encore aujourd'hui.

Pour ce qui est des vitraux, ils n'ont pu être retracés dans aucune autre paroisse voisine. On a aucune indication de leur retrait. Doit-on tristement constater qu'ils ont été détruits sous le pic des démolisseurs ?
1 2
3
4 5 6 7 8 9 10

sources

partager ce
contenu :