Rodrigue Couleurs et Lumière
atelier de vitrail, Sherbrooke, Québec, Canada
Un vitrail dans chaque maison...

Deux vitraux retirés à la Cathédrale Nationale de Washington

, publié le:
Le Courrier du Verrier

Après deux années de réflexion et d'étude, les autorités religieuses de la Cathédrale Nationale de Washington ont pris la décision le 6 septembre dernier de retirer deux verrières de l'imposant édifice. Ces vitraux illustrent deux généraux de la Confédération, Robert E. Lee et Thomas “Stonewall” Jackson, qui dirigèrent les troupes sudistes lors de la Guerre Civile américaine. Les autorités expliquent dans une lettre rendue publique que ces verrières « sont en contradiction avec notre mandat de servir de maison de prière ouverte à tous » et qu'elles font partie de mémoriaux « qui constituent un obstacle sur le chemin menant à la justice raciale et à la réconciliation. »

Ces vitraux furent installés en 1953 à l'initiative du groupe United Daughters of the Confederacy. L'association a été fondée en 1894 au Tennessee pour honorer la mémoire de ceux qui ont servi et des autres qui sont tombés au service des États Confédérés. Le groupe est à l'origine de l'établissement de monuments commémoratifs, de la création de sites historiques nationaux, de la conservation d'archives et de la publication de documents. La présence de ces statues, drapeaux et autres symboles de la Confédération est fréquemment remise en question aujourd'hui.

vitraux - Cathédrale Nationale de Washington
Une section des vitraux présente les généraux Robert E. Lee et Thomas J. Jackson à dos de cheval lors de la Bataille de Chancellorsville. (Image: Cathédrale Nationale de Washington, cathedral.org)

Wilbur H. Burnham Studios

C'est Wilbur H. Burnham Studios de Boston (Massachusetts) qui a produit ces vitraux. L'entreprise père et fils, de grande renommée aux États-Unis, a été fondée en 1922. Les deux hommes ont occupé à différentes époques la présidence de la Stained Glass Association of America. L'atelier reçut la médaille d'argent à l'Exposition Internationale de Paris en 1937. Durant la deuxième guerre mondiale, Burnham père millita à Washington pour obtenir un approvisionnement en plomb et en étain pour la fabrication des vitraux. Il devait lutter contre l'industrie de la cigarette qui accaparait une part considérable des stocks encore disponibles. (1)

Le design et la technique des vitraux Burnham sont bien ancrés dans la tradition des verrières médiévales. Les bleus, les rouges et les jaunes sont dominants et bien harmonisés. L'ensemble de dix-sept vitraux de la Cathédrale Nationale de Washington présentent un intéressant équilibre d'éléments de design ancien et contemporain.

Parmi les autres projets dignes de mention, Burnham a produit les vitraux de Trinity Cathedral à Cleveland (Ohio), de la cathédrale Saint John the Divine à New York, de la cathédrale Saint Mary à Peoria (Illinois) et de l'église Saint Martin à Providence (Rhode Island). On recense près de 250 clients dans ses documents archivés au Smithsonian Institute. Burnham Jr cessa ses activités en 1982 par la vente de l'atelier.

Des vitraux en attente

Sans doute parce qu'il est délicat d'apporter une analyse contemporaine à propos d'un patrimoine ancien, les vitraux retirés ne seront pas détruits. Ils seront déconsacrés et entreposés jusqu'à ce qu'on leur trouve une utilisation appropriée. Le visiteur de la Cathédrale Nationale de Washington n'en est pas en reste pour autant, le bâtiment comporte 231 vitraux et parmi eux, le Space Window comporte une pierre lunaire rapportée par l'équipage d'Apollo 11 en 1969.


(1) Michael J. Tevesz & al, Stained Glass Windows of Trinity Cathedral, Cleveland, Ohio, Produced by Wilbur H. Burnham Studios, Cleveland State University, 1999, p. 16

partager ce
contenu :